#compterendu : retour sur l’atelier growth hacking

C’est à guichet fermé que c’est déroulé l’atelier sur le growth-hacking animé par Grégoire Gambatto. Retour sur sa présentation et les outils proposés.

En introduction Grégoire rappelle qu’à l’inverse des méthodes de marketing enseignées en école de commerce, le growth hacking propose des méthodes non conventionnelles, parfois border line. Il précise deux choses essentielles :

  • si ton produit c’est de la merde et que tu ne vend pas, le growth hacking ne changera rien, ce n’est pas de la magie
  • si ton produit marche et qu’il y a de la croissance, le growth hacking permettra de l’accélérer.

Le growth hacking permet la traction utilisateur, il est très utile pour trouver ses premiers utilisateurs pour son produit et ainsi tester le concept.

Un produit pour qui, où et pourquoi ?

La première étape consiste rapidement, en quelques heures, à définir les cible, les canaux de diffusion et les proposition de valeurs du produit. Le but est de retenir les idées qui semblent crédibles plus de dix secondes sans tergiverser pendant des heures sur leurs points forts et faibles. Les tests permettrons de valider ou d’invalider chaque proposition.

Quelles cibles ?

Il faut commencer par lister l’ensemble des cibles auxquelles peut s’adresser notre produit. Voyons large, sans restriction, tout en étant assez précis, évitez par exemple « tout le monde »…

Quel canal ?

Pour chaque cible il faut ensuite lister les canaux qui semblent pertinent.  Il faut ici être assez précis et ne pas mettre « réseaux sociaux » par exemple mais plutôt « groupe facebook », « pub facebook » ou « meetup » .

Quelle proposition de valeur ?

On défini la proposition de valeur de notre produit pour chacune des cibles établie précédemment. Qu’est ce qu’on apporte ? Cette étape est souvent la plus difficile, pour trouver la proposition de valeur il faut essayer de répondre à une ou plusieurs des questions suivantes :

  • quel problème mon produit résout ?
  • quelle solution j’apporte ?
  • pourquoi je le fais ?

Tester les hypothèses

Une fois toutes nos hypothèses posées, il est temps de passer aux tests, environ quatre semaines sont nécessaire.Si le produit n’existe pas, on fait comme s’il existait le temps des tests, on peut aussi éventuellement faire un MVP (Minimum Viable Product) en dégradant le produit pour simuler le concept et le valider.

Tous les résultats consignés dans un tableau permettent au bout d’un mois de dégagé la ou les options qui fonctionnent le mieux. A partir de cette étape on peut considérer que le produit à des clients, de la croissance, et on peut donc commencer à faire des tests sur le prix, les segments, l’image, et on utilise la technique AARRR (Acquisition, Activation, Rétention, Référence, Revenus).

Ensuite il ne reste « plus » qu’à construire le produit avec ses utilisateurs en AARRR et tester en continue chaque hypothèse.

Quelques outils

Google adds

L’outil de planification de mots clés permet de voir si une idée, un mot clé est recherché. Si sur un terme donné il y a un gros volume de recherche et une concurrence faible il sera « facile » de se positionner sur ce créneaux. L’outil permet de tester si une idée de business est recherchée.

Il faut savoir qu’une personne sur deux ne fait pas la différence entre les résultats natif de google et les addwords.

adwords.google.com

Hunter.io

Permet de trouver, récolter les mails d’une société, l’export csv est payant mais une sélection totale de la page et un copier/coller dans un tableur permet de récupérer les informations. Il existe un plugin qui permet d’afficher le mail des profils dans LinkedIn, même s’il ne font pas parti des contacts.

Attention ce genre de pratique est interdite, elle peut être utile en phase de test mais il ne faut pas en abuser.

hunter.io

Strikingly

Permet de créer un site gratuitement en cinq minutes pour tester ses cibles et son produit. Pour personnaliser le nom de domaine i faut compter 10€ par mois.

strikingly.com

Facebook add

Permet un ciblage ultra précis pour envoyer du trafic sur un site ce qui est utile pour tester la cible et la proposition de valeur.

Permet de constituer des audiences en posant un pixel sur son site et en ciblant ensuite les gens qui ont visité telle page et pas telle autre, ceux qui ont interagit, ceux qui sont dans des audiences similaires,…

facebook.com

Rapportive

Extension de navigateur, pour Chrome et Firefox, qui permet d’accéder au profil LinkedIn d’un correspondant sans quitter Gmail. Rapportive permet également de savoir si on est connecté à ce correspondant sur LinkedIn et affiche les liens renseignés par ce dernier sur son profil.

linkedin.com

Zapier

Permet l’automatisation des taches réalisées régulièrement pour gagner du temps. Cet outil permet de connecter 400 applications web entre elles pour se faciliter la vie.

zapier.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.